Conférence de presse G.Bourges

Gilles Bourges
23/02/2021

Gilles Bourges : « Ce match contre Cholet va nous permettre de relancer notre course dans le championnat. »

 

Avant la réception de Cholet, Gilles Bourges est revenu en conférence de presse sur la lourde défaite contre les Herbiers. L’adjoint du coach a aussi fait un tour de l’effectif et sur le mois de mars qui s’annonce décisif. Adjoint qui pourrait prendre place sur le banc, le coach Frapolli étant souffrant lundi.




Vous avez eu 8 jours pour préparer ce match contre Cholet, dans un championnat qui a été mis un peu de côté ces derniers temps. C’est le retour aux affaires sérieuses ?

 

La coupe de France a été une parenthèse totale. C’est inédit de devoir enchaîner autant de matchs de coupe dans une saison, on aurait dit une compétition différente. On a enregistré quelques victoires et malheureusement une défaite. Maintenant on revient aux affaires courantes qu’est le championnat. Ce match contre Cholet revêt une grande importance pour tout le monde. On est tous conscients qu’on est encore en vie dans ce championnat. Nous démarrons ce mois de mars avec de grosses ambitions. Aujourd’hui, la seule chose qui nous fait avancer, ce sont les matchs à venir, les oppositions que l’on va avoir prochainement. Ce match contre Cholet va permettre de relancer notre course dans le championnat. Nous avons préparé ce match contre Cholet de manière sereine.

 

 

Pouvez-vous faire un point sur l’effectif ?

 

Yohann Brun sera opérationnel, tout comme Ludéric Etonde. Pour ce qui est du groupe pour le match de Cholet, tous les joueurs valides ont été convoqués pour mardi matin. Ce qui nous fait 16 joueurs de champ et deux gardiens. Avec Olivier Frapolli, nous allons faire le point, nous concerter pour finaliser le groupe puis le 11 de départ.

 

 

 

« 5 points de retard, ce n’est pas insurmontable mais il ne faut pas traîner en route »

 

Quel est votre avis sur l’équipe de Cholet, qui a connu de nombreux changements depuis le match aller ?

C’est une très bonne équipe, solide. Elle s’est renforcée mais je ne psychote pas sur Cholet. Notre objectif est de faire notre match, d’être costaud et de l’emporter.

 

 

 

Que sera votre rôle sur le banc ?

 

Mon rôle sera d’accompagner l’équipe, les joueurs et de corriger les erreurs avec ma personnalité. Je ne m’attendais pas à être dans cette position d’entraîneur mais il m’a fallu 30 secondes pour basculer de statut. Je veux apporter mon envie, ma fougue sur ce match. Après, il est possible que le coach revienne sur le banc demain. Et j’espère de tout cœur qu’il soit là parce qu’il mérite.

 

 

 

 

Après ce match, vous allez faire face à un mois de mars compliqué en jouant des adversaires directs. Est-ce que dans ce genre de situation, on joue avec le frein ou on se lâche complètement ?

 

Personnellement, je rêve de ces matchs-là. J’ai eu la chance de passer dans des clubs et je sais que cette situation transcende. C’est pour ces matchs-là qu’on joue au foot. Si on doit se contenter de jouer des matchs contre des équipes supposées plus faibles, c’est moins excitant. On est conscient, et c’est le discours du staff, qu’il fallait arriver à ce mois de mars en étant en position de jouer quelque chose. On espérait être légèrement plus haut mais on est là. Justement, peut-être que cette phase de matchs qui arrive est quelque chose de très positif car nous avons notre destin en main. Ce qui n’est pas le cas pour tout le monde. Aujourd’hui seules quelques équipes ont un matelas confortable. Tous les matchs sont importants.

 

 

 

Le Stade compte 5 points de retard sur le troisième, que pensez-vous de cette situation ?

 

5 points c’est beaucoup mais c’est très peu. J’ai vécu exactement la même situation avec Metz. On s’est retrouvé à 5 points du 3ème et à la fin de la saison on était en Ligue 1. C’est tout ce qu’on va faire pour combler l’écart qui est important. Il faut être conscient que 5 points de retard, ce n’est pas insurmontable mais il ne faut pas traîner en route.

 

 

 

Il y a eu du mieux à Lyon malgré le match nul, est-ce ce qui vous faut pour vous relancer ?

 

Contre le SC Lyon (ndlr : 1-1), on a été dans une performance collective très intéressante qui va permettre de bâtir quelque chose. L’abnégation de tout le monde dans ce match a permis de renverser la situation et on aurait peut-être mérité plus que ce résultat. Émotionnellement, c’est plus intéressant de ressortir des notes positives qui restent en mémoire, qui peuvent nous aider pour le match de demain notamment.

 

 

 

Qu’est-ce qui manque à l’équipe en ce moment pour remporter des matchs ?

 

Il manque un petit brin de réussite parce qu’à Lyon il y a eu beaucoup d’efforts de fait, des choses faites avec justesse. La réussite se force. Aujourd’hui l’équipe n’est pas en perte de confiance. J’attends de voir une équipe contre Cholet qui a envie de tout donner sur le terrain pour aller chercher ces 3 points.

 

 

 

Est-ce que l’élimination en Coupe de France contre les Herbiers a laissé des traces au sein du groupe ?

 

Pas de manière flagrante. C’est une déception parce que les joueurs se sont investis dans cette coupe. Mais je crois qu’il y avait aussi la conscience d’avoir fait le maximum, ils sont allés au bout de leurs forces. Je suis d’accord avec Olivier Frapolli quand il dit que beaucoup de joueurs étaient émoussés après ce quatrième match.

 

 

 

Vous faites aussi face à un calendrier mouvant, comment se passe l’organisation pendant cette période compliquée ?

 

C’est une situation inédite car nous n’avons pas un effectif pléthorique dû à des blessures longues. Cette période de coupe a été délicate à gérer. On va rentrer dans la même période mais nous sommes tous à la même enseigne, donc on ne se plaint de rien. Nos problèmes sont aussi les problèmes de Cholet et des autres.

 

 

 

Propos recueillis par Pierre Vannier

 















Suivre le Stade Lavallois Mayenne FC sur :
Site Officiel - Billetterie Online - Boutique Online

Facebook  Twitter Instagram