On a besoin du public pour nous soutenir dans notre objectif

Olivier Frapolli
03/12/2020

Dans un long entretien, le coach Olivier FRAPOLLI revient sur la période compliquée que le club a traversée. La belle victoire contre Sète a été un soulagement, et offre même de belles perspectives dès les deux déplacements à Concarneau et à Bastia-Borgo avant la trêve.




Qu’avez-vous pensé de la prestation de vos joueurs face à Sète ?

Les joueurs ont été récompensés de leurs efforts sur ce match-là. Je pense qu’ils auraient pu l’être sur d’autres matchs. Cependant, je ne pense pas que ce soit le meilleur match que l’on ait fait. Il y avait vraiment une pression sur ce match-là qu’il fallait absolument gagner. C’était notre deuxième match consécutif à domicile, on n’avait pas pu battre Boulogne (0-0) donc il fallait gagner contre Sète. Les joueurs ont tout mis en œuvre pour le faire malgré l’égalisation à 20 minutes de la fin, on a trouvé les ressources pour l’emporter sur la fin.

 

Olivier frapolli

 

Vous aviez travaillé sur l’aspect offensif avant le match ?

Oui, évidemment même si on travaille toutes les semaines devant le but. Le lundi qui a précédé,

J’ai fait une réunion avec tous les offensifs de l’équipe pour savoir leur état d’esprit, s’il y avait des choses à améliorer, à travailler. On a mis des choses en place à la sortie de cette réunion, assez simple, sur le terrain pour provoquer un déclic et retrouver la confiance perdue après cette période sans marquer de but (5 matchs sans but).

 

Quelles sont les leçons à en tirer ?

Pas grand-chose dans le sens où ça reste un seul match mais c’était un match qu’il fallait absolument gagner. C’est aussi un match qui s’inscrit dans une petite série de 3 matchs sans défaite. Maintenant, si on veut continuer à être dans le bon wagon pour la montée, il faut aussi aller chercher des points à l’extérieur sur les deux prochains matchs notamment.

 

Des choses qui vont ont déplu que vous avez revues à l’entraînement ?

Après chaque match, on fait toujours un constat via un débriefing vidéo où on analyse ce qui a été positif ou négatif. Sur ce match-là (FC Sète), le fait d’avoir pris deux buts m’a déplu, alors qu’on était plutôt costauds sur les matchs précédents. On a vu à la vidéo ce qui nous avait manqué et on a retravaillé dessus cette semaine.

 

Ça doit faire du bien de sortir de cette période sans victoire ?

Oui, c’est ce que j’ai dit à la fin du match, ce sont des périodes difficiles à vivre. En plus, nous sommes dans un contexte sanitaire où on est un peu tout seul, on n’a pas de lien avec les supporters. On n’a pas cette chaleur nécessaire quand on traverse une période comme celle-là où il n’y a pas de victoire, on marque peu, c’est un peu morose. Ce qui fait que cette victoire était indispensable pour nous redonner un peu le sourire.

 

 Olivier frapolli

 

Que peut-on en tirer de cette période ?

Ce que j’ai dit aux joueurs c’est que si on arrive à gagner ce match contre Sète, tout ce qu’on a pu travailler pendant cette période, la remise en question au niveau du staff et des joueurs doit nous servir, nous rendre encore plus fort que ce qu’on n’était avant cette période où les choses allaient plutôt dans le bon sens puisqu’on était premier. Aujourd’hui, on est peut-être plus costaud parce qu’on sait qu’on est capable de sortir de période difficile. Le groupe est resté uni, on a vu les 10 dernières minutes contre Boulogne étaient très difficile, mais le groupe n’a pas lâché, les joueurs se sont accrochés à prendre au moins un point. Ce sont des choses qui sont positives et qui doivent nous permettre d’être encore meilleur sur les prochains matchs.

 

Avez-vous trouvé une équipe-type ?

Non, on a démarré la saison où on tournait à deux points par match, donc on avait une équipe type à ce moment-là mais on sait qu’une équipe-type sur une saison ne dure jamais trop longtemps. Parce que, entre les suspensions et les blessures, d’ailleurs on avait été plutôt épargnés jusqu’à présent, on a eu beaucoup les dernières semaines, notamment au niveau offensif. Ce n’est pas une équipe type, c’est un groupe qui doit être performant, peu importe qui démarre ou termine le match. Qui doit avoir le même comportement, avec toujours la même motivation et la même envie de gagner le plus de match possible cette saison.

 

Comment avez-vous vécu la période d’octobre avec notamment les 6 cas de Covid à gérer ?

Ce fut une période très compliquée, avec beaucoup d’incertitudes sur la tenue ou non des matchs. On a eu l’impression d’être coupé dans notre élan. On s’est beaucoup entraîné sans jouer, quelque chose d’inhabituel. D’autres clubs du championnat ont été dans le même cas de figure, avec les mêmes difficultés. Nous, on a eu en tout 6 cas positifs. Pour ce qui est des entraînements, ils étaient conformes au protocole de la Fédération quand on a plus de 4 cas dans le vestiaire. Cela passe par des groupes de 10 joueurs, pas d’accès aux vestiaires, ni aux douches, pas de contact sur le terrain. Nous avons respecté ce protocole pour perdre le moins possible au niveau athlétique.

 

Comment avez-vous senti le groupe dans cette période ?

Cette période a eu une incidence, déjà pour les joueurs impactés : certains ont mis plusieurs semaines avant de revenir à leur niveau de forme. Avant la période, nous étions plutôt sur une dynamique positive, malgré la défaite contre le Red Star (1-2 à Bauer) et le fait de pas jouer pendant 24 jours nous a fait descendre dans le classement. Puis ce n’était pas simple de repartir de l’avant. Quand nous avons repris les matchs, ils se sont joués à huis clos. On a beaucoup de supporters et ce n’est jamais simple de jouer dans un stade vide quand on a l’habitude de jouer avec un public plutôt copieusement garni. On espère un retour des supporters à domicile dès la rentrée car on a besoin d’eux pour nous soutenir dans notre objectif.

 

Projetons-nous vers la prochaine rencontre, est-ce que vous pouvez nous décrire l’US Concarneau ?

On sait que c’est une équipe qui est solide, bien organisée. Tous les matchs sont difficiles à Concarneau, on sait qu’on aura un match compliqué vendredi. En National, tous les matchs sont très serrés.

 

Peut-on avoir un point sur l’effectif actuellement ?

On a encore de nombreux absents, comme Moussa Sao qui n’a pas encore repris, Bira Dembélé et Valentin Belon qui sont blessés, certains qui reviennent de blessure. La venue d’Ervin (Taha) permet d’être plus compétitif pour toute la deuxième partie de saison. On est dans une année qui est très spéciale.

 

Comment envisagez-vous les deux déplacements à l’extérieur qui arrivent ?

On voit ça match après match. On ne fait pas trop de calcul sur la durée. On sait qu’on a ce match contre Concarneau, on a envie de continuer et de reprendre une série positive. On a ensuite un week-end sans match, qui était normalement un match de coupe de France. Il y aura ce dernier match contre Bastia-Borgo. L’année dernière, on était dans la même configuration, on avait fait un match nul, ce n’est pas facile d’aller prendre des points là-bas mais on fera le maximum pour ramener un résultat positif.

 

Olivier frapolli

 

L’état d’esprit est-il toujours d’atteindre le haut du classement, voire obtenir la montée ?

Bien sûr, c’est l’objectif qu’on s’est donné cette saison. La victoire contre Sète nous permet de revenir et de ne pas être trop loin des places d’honneur. Il faut rester dans ce wagon-là, au contact. On sait que le championnat se décante au mois de mars. L’année dernière avec la crise sanitaire, le championnat s’est arrêté mi-mars et ça été bénéfique pour ceux qui étaient bien classés à ce moment-là. On a toujours la même ambition et le même objectif.

 

Quelle est la situation avec la coupe de France ?

Le Premier ministre a annoncé qu’il n’y aurait pas de reprise de la compétition pour les seniors avant le 20 janvier. On attend confirmation de la fédération qui a plutôt ouvert la porte pour une reprise du football le 15 décembre. La coupe de France cette saison est plutôt remise en cause. C’est une compétition qui est intéressante à jouer. C’est l’occasion pour nous de faire tourner l’effectif, donner du temps de jeu à certains ou de lancer des jeunes joueurs dans le grand bain. Il faut qu’elle se déroule dans de bonnes conditions.

 

 Olivier frapolli

 

Pendant la trêve comment allez-vous gérer avec les joueurs ? Quand sera la reprise pour le club ?

Notre reprise est plus ou moins actée, ça va être classique. On termine le championnat à Bastia-Borgo. Ensuite, il y aura une grosse semaine de repos et on reprendra l’entraînement entre Noël et le jour de l’an comme la saison dernière. La différence est que si on avait été qualifié pour les 32ème de finale de la coupe de France, on aurait eu un match le week-end du 2 janvier, mais si la compétition ne se joue pas, il n’y aura pas de match. À voir si on peut faire un match amical, si le football amateur ne peut pas reprendre, on s’entraînera pour préparer le match de Créteil.

 

Pensez-vous avoir un effectif étoffé ?

Je n’ai pas pour habitude d’avoir des groupes très étoffés avec moi. J’aime travailler avec des groupes réduits. Le COVID cette saison est un élément qu’on ne peut pas négliger, qui rend cette compétition incertaine. Surtout, on s’aperçoit et c’est le cas pour la plupart des clubs, qu’on utilise un peu plus de joueurs, en fonction des joueurs qui peuvent être touchés, les effectifs sont diminués. Et des matchs qui s’enchaînent avec les calendriers qui sont remodelés. C’est pour ça que je souhaitais enrichir l’effectif d’un joueur offensif, qui est le cas avec Ervin.

 

Est-ce que d’autres transferts sont prévus cet hiver ? Est-ce que certains joueurs peuvent partir ?

Les discussions qu’on a aujourd’hui avec le président sont de se dire qu’il peut y avoir des arrivées que s’il y a des départs. Comme tout le monde, je pense qu’on fera un petit bilan pendant la trêve hivernale, où on verra quel est l’effectif pour repartir sur la deuxième partie de saison. Il n’est pas impossible qu’il y ait certains garçons qui souhaitent partir, par rapport à leurs temps de jeu pas assez important. On verra tout ça calmement dans quelques semaines.

 

 

Propos recueillis par Pierre Vannier

 
















Suivre le Stade Lavallois Mayenne FC sur :
Site Officiel - Billetterie Online - Boutique Online

Facebook  Twitter Instagram